Police intercommunale : des patrouilles à Mitry-Mory

    Police intercommunale : des patrouilles à Mitry-Mory

    Elle était attendue. Depuis le 1er avril, la police intercommunale patrouille aussi à Mitry-Mory.

    C’est un gage supplémentaire de sécurité et de tranquillité publique sur le territoire communal.

    Leur service avait été étendu par la signature, fin 2018, d’une convention de mutualisation en matière de police municipale à caractère intercommunal, entre la commune et la communauté d’agglomération Roissy Pays de France (Carpf).

    Celle-ci a été approuvée par le conseil municipal en février dernier.

    Au total, le service de la police intercommunale couvre désormais 21 communes de la Carpf. Et ce sur deux départements, ce qui est une première à l’échelle nationale.

    Des compétences précises

    Implanté à Louvres, le commissariat de la police intercommunale disposera d’une annexe au Mesnil-Amelot.

    Il regroupe à l’heure actuelle près d’une trentaine d’agents, policiers municipaux de formation. Des recrutements sont encore prévus.

    Pour Mitry-Mory, le service de cette police correspond à environ 3 équivalents temps plein.

    Les horaires d’intervention sont élargis : de 10h à 3h du matin, 7 jours sur pour une meilleure réactivité.

    Les champs d’action de la police intercommunale à Mitry-Mory ont été définis par la municipalité.

    Elle est ainsi compétente sur la commune pour des infractions au code de la route (verbalisation des véhicules : excès de vitesse, interdiction des poids lourds, contresens, etc.), pour les nuisances sonores, les divagations d’animaux, les problèmes liés à la mécanique sauvage et pour la mise en fourrière des voitures ventouses et épaves.

    Un complément à la police nationale

    Si la police intercommunale était attendue, celle-ci ne remplace pas pour autant la police nationale.

    Chacune dispose de compétences qui lui sont propres et toutes deux doivent se compléter.

    La convention signée fin 2018 prévoit ainsi le renforcement de leur coopération opérationnelle.

    La municipalité réitère pour sa part ses positions : la Ville, pas plus que l’intercommunalité, n’a à se substituer aux prérogatives de l’État en matière de sécurité publique.

    Pour rappel, le commissariat de police nationale de Mitry-Mory avait dû fermer sur décision gouvernementale le 1er janvier 2013.

    Depuis, la Ville n’a cessé de demander une augmentation des effectifs de police nationale localement, une amélioration de ses conditions matérielles ainsi que le retour d’un commissariat ou d’une annexe sur le territoire communal.