Groupes politiques

    Composition / Tribunes

    Le conseil municipal est composé de cinq groupes politiques.

    Composition

    Groupe des élus communistes et progressistes

    Présidente : Marianne MARGATÉ

    Membres : Charlotte BLANDIOT-FARIDE, Franck SUREAU, Naïma BOUADLA, Luc MARION, Audrey MERET, Jacques DURIN, Josiane MARCOUD, Jean-Pierre BONTOUX, Guy DARAGON, Dominique DUIGOU, Loris BOULOGNE, Louise DELABY, Sylvain BERNARD, Julie MOREL, Vincent BOT

    Groupes des élus socialistes et apparentés

    Présidente : Laure GREUZAT

    Membres : Gilbert TROUILLET, Jean BOUGEARD, Yannick LAGARTO, Claire KAHN, Adeline TEULALE, Mohamed KACHOUR

    Groupe des élus écologistes

    Président : Benoit PENEZ

    Membre : Farid DJABALI

    Groupe des élus UDI

    Président : Laurent PRUGNEAU

    Membres : Gérard GAUTHIER, Lyazid AMRANE, Patricia AMICO

    Groupe des élus Les Républicains et apparentés

    Président : Philippe LALOUE

    Membres : Farida BENMOUSSA, Sophie VANHOUTTE, Richard BERTHELEU

    Tribunes

    Tribunes publiées dans le numéro de mai 2019 de L’évolution suite au conseil municipal du 9 avril 2019.

    Groupe des élus communistes et progressistes

    Ce 9 avril, le conseil municipal a discuté de transports, enjeu écologique et social majeur, alors que 23 % des Français-es ont déjà renoncé à un emploi à cause d’eux. Problème aggravé par les élus LR/UDI. À la Région, ils passent à 75€ le Pass Navigo des salariés qui perdent des heures dans les bus de substitution au RER B, coupé par le chantier du CDG Express. Au Département, ils privent de la gratuité les lycéens qui suivront leurs options dans des lycées éloignés suite aux réformes Macron. Dans ces conditions nous proposons aux 18/25 ans une aide pour financer leur permis, encore indispensable. Mais seul le transport public pour tous répond aux enjeux qui sont devant nous. Alors que LREM gaspille 2 milliards d’€ pour construire dans notre plaine le CDG Express, train privé pour touristes fortunés, et projette de confier les transports à des collectivités exsangues, les communistes proposent la gratuité du transport public, en vigueur à Dunkerque. Avec les semaines de bus gratuits à Mitry-Mory, vos élus du groupe communiste et progressiste donnent l’exemple !

    Groupe des élus socialistes et apparentés

    On ne peut que souhaiter l’égalité d’accès au service public de l’Education Nationale. La réforme du gouvernement actuel ne va pas vraiment dans ce sens ! ! Sur le plan des moyens, les annonces de suppressions supplémentaires de postes d’enseignants vont venir aggraver une situation déjà très critique depuis de nombreuses années : les effectifs par classe de la maternelle au lycée sont déjà beaucoup trop lourds à l’heure actuelle pour que chaque élève bénéficie d’un enseignement de qualité et réussisse, quels que soient son lieu d’habitation, son milieu. L’école est un investissement sur l’avenir. Les moyens indispensables pour assurer la réussite de tous impliquent un coût. Il y a les moyens mais il s’agit, aussi, de mettre en place une formation des enseignants qui, au- delà du savoir académique indispensable, leur donne des méthodes, des outils de transmission des connaissances adaptés à notre époque car leur métier est difficile aujourd’hui tant le monde évolue vite ! L’école doit être un lieu où chacun ait sa place, se sente bien et ait l’envie et les moyens de réussir !

    Groupe des élus écologistes

    En raison de l’accroissement projeté du trafic aérien, et de la saturation des installations à moyen terme, ADP ambitionne d’aménager 167 hectares pour édifier nouveau terminal dénommé T4 en passant par la destruction du T3 afin d’accueillir 110 millions de passagers. Un des arguments majeur consiste à mettre en avant 50000 emplois espérés mais bien sûr pas avant en 2037. Ce chiffre important est pourtant largement contesté, on peut s’attendre dans le meilleur des cas, de 20 à 30000. Sur le plan environnemental, le dossier n’évoque pas la hausse des émissions à l’air évaluée par l’autorité environnementale dans son avis du 16/01/19, à 30 % pour les oxydes d’azote et de 11 % pour les particules. En outre, l’imperméabilisation importante génèrera un nouveau flux d’eaux pluviales, aujourd’hui encore non maitrisée. Nous considérons qu’ADP, encore operateur public, à l’heure du changement climatique, de la perte de la biodiversité et la fin annoncée du pétrole doit engager un modèle de transport pour une société post carbonée et non accompagner une fuite en avant.

    Groupe des élus UDI

    De discussions en débats, nous tentons de convaincre la municipalité qu’une baisse de la fiscalité locale est nécessaire mais surtout légitime en raison des transferts de compétences désormais financés par la fiscalité intercommunale !!! Résultat : dialogue de sourds… aucune concertation envisageable… la municipalité a toujours besoin de plus d’impôts pour financer la gratuité de ses services (sans revoir par exemple, une autre tarification dans nos cantines)… mais rien n’est gratuit ! Seul le bénévolat autorise la gratuité. Encore plus déconcertant, la municipalité nous explique que notre modèle économique sur lequel repose le financement de nos services publics (l’activité économique de l’Aéroport) est à bout de souffle et que c’est une excellente chose !!! Plus grave, elle s’oppose même au principe d’un lycée international dédié à la maîtrise des langues étrangères dont notre territoire a cruellement besoin !!! Incohérence ? NON ! En niant la réalité de notre territoire (tout en profitant grassement), ce sont bien nos habitants et l’avenir de notre jeunesse que l’on sacrifie !!!

    Groupe des élus Les Républicains et apparentés

    Bis repetita à propos du budget de notre ville. Comme tous les ans nous l’écrivons, les années passent, le paysage économique et financier évolue et malgré tout, nous avons l’impression que la majorité municipale n’a pas intégré ces évolutions dans ses décisions. Le budget est le reflet comptable d’une volonté politique, largement exprimée lors du débat d’orientations budgétaires. Nous n’avons pas la même ambition pour notre commune. Nous souhaitons que nos concitoyens bénéficient de l’évolution de notre environnement économique. Or nous constatons que les orientations restent globalement constantes. Certes une légère diminution des dépenses salariales mais dues essentiellement aux transfert vers l’intercommunalité. Pour le reste rien de bien nouveau. Bref, un budget dont la vocation repose essentiellement à dépenser les finances publiques à des actions purement politiques, voire clanique, visant à conserver une base électorale nécessaire à une reconduction de la majorité actuelle. Nous disons non.