Groupes politiques

    Composition / Tribunes

    Le conseil municipal est composé de cinq groupes politiques.

    Composition

    Groupe des élus communistes et progressistes

    Présidente : Marianne MARGATÉ

    Membres : Charlotte BLANDIOT-FARIDE, Franck SUREAU, Naïma BOUADLA, Luc MARION, Audrey MERET, Jacques DURIN, Josiane MARCOUD, Jean-Pierre BONTOUX, Guy DARAGON, Dominique DUIGOU, Loris BOULOGNE, Louise DELABY, Sylvain BERNARD, Julie MOREL, Vincent BOT

    Groupes des élus socialistes et apparentés

    Présidente : Laure GREUZAT

    Membres : Gilbert TROUILLET, Jean BOUGEARD, Yannick LAGARTO, Claire KAHN, Adeline TEULALE, Mohamed KACHOUR

    Groupe des élus écologistes

    Président : Benoit PENEZ

    Membre : Farid DJABALI

    Groupe des élus UDI

    Président : Laurent PRUGNEAU

    Membres : Gérard GAUTHIER, Dominique MANIERE, Sun Lay TAN

    Groupe des élus Les Républicains et apparentés

    Président : Philippe LALOUE

    Membres : Corinne ADAMSKI-CAEKAERT, Farida BENMOUSSA, Isabelle PEREIRA

    Tribunes

    Tribunes publiées dans le numéro de janvier 2018 de L’évolution suite au conseil municipal du 28 novembre 2017.

    Groupe des élus communistes et progressistes

    En conseil municipal le 28 novembre 2017, la majorité a réaffirmé son engagement pour le droit aux vacances en reconduisant l’opération Destination été et en adoptant un nouveau dispositif : une aide aux jeunes de 16 à 25 ans pour l’organisation de voyages en autonomie. Ce coup de pouce permettra à notre jeunesse de découvrir de nouveaux horizons, contribuant ainsi à son épanouissement. Avec un appui financier et un accompagnement par le Point d’Information Jeunesse, cette aide s’apparente au programme Sac’ Ados que proposait le département, avant que sa majorité LR/UDI ne le supprime. Cette décision, comme la fin de la gratuité des transports scolaires, où la hausse du prix du Pass Navigo par la Région, a montré le désintérêt de la droite départementale et régionale pour la jeunesse. En refusant de voter les aides aux vacances, la droite locale agit de même. À contrario, la municipalité de Mitry-Mory prouve que les coupes budgétaires ne sont pas un prétexte à l’abandon des dispositifs jeunesse, et qu’il est possible, si on en fait le choix, de garantir à tous le droit aux vacances.

    Groupe des élus socialistes et apparentés

    En 2017, notre intégration à l’intercommunalité a un peu progressé : les personnels de la petite enfance et de la piscine seront transférés début 2018, l’intérêt communautaire se définit peu à peu pour chaque compétence. Nous disposons d’outils partagés, échangeons des savoir faire. Nous présentons des projets, ils sont acceptés et financés. Nous restons encore, à ce jour, décideurs pour notre ville dans les domaines transférés. Un schéma de développement durable cohérent sera fatalement élaboré sur l’ensemble du territoire. On ne pourra sans doute plus empiler les projets de chaque commune, car ils finiraient par se concurrencer….Il y aura des choix à faire, des frustrations naîtront. Peut être n’atteindrons nous même pas ce stade. D’autres projets supra communautaires pourraient nous être imposés et viendraient à nouveau détruire ce qui aura été construit… Peu importe, continuons à réfléchir au futur de notre commune avec nos habitants ! L’avantage de ce travail est d’anticiper , définir et acter ensemble ce que nous voulons et ce que nous ne voulons pas pour notre ville !

    Groupe des élus écologistes

    Notre ville apporte son soutien au projet « Mot’eau pompe » de la section lutte de l’USJM qui a pour objectif de venir en aide aux agriculteurs burkinabés de Loumbila. Selon la déclaration des Nations unies de juillet 2010 « l’eau est un droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’homme », mais c’est loin d’être le cas en Afrique. Le Burkina Faso ne dispose que d’un seul cours d’eau permanent. L’accès à cette ressource et sa distribution présentent un cout élevé pour un pays parmi les dix les moins développés du monde, avec un indice de développement humain de 0,402 en 2015. En Afrique, avec l’accroissement démographique, l’eau est au centre d’enjeux stratégiques qui doivent à la fois répondre à des questions sociales, économiques, environnementales et politiques. Ainsi, à travers cette opération avec une ville africaine dont nous célébrerons les vingt ans de jumelage en 2018, Mitry-Mory affiche son engagement pour l’égalité d’accès aux ressources en eau et au développement de l’activité agricole.

    Groupe des élus UDI

    Nos meilleurs voeux pour l’année 2018 à tous les Mitryen(ne)s. Cette année devrait être une année vérité, charnière pour notre ville. En 1ER lieu, la Métropole : Intégration ou non ? Statut de ville associée ou autre solution ? A ce jour, notre département encourage vivement une «hyper intercommunalité» de 106 communes dont notre territoire serait le coeur avecParis-CDG. De nombreuses solutions aux conséquences financières inconnues dans un environnement incertain. Mais 2018, c’est surtout le démarrage de grands travaux liés aux J.O et la Coupe du Monde de rugby, l’accélération des travaux pour le C.D.G Express, mais aussi le lancement d’un 4e terminal et de 2 nouvelles pistes dans le cadre de l’expansion de l’aéroport… 2018, c’est enfin «l’envol» de la «danseuse» L’Atalante, 1ère priorité pour la municipalité y compris financièrement… Et qui dit finances, dit bien sûr solidarité des propriétaires, éternels bienfaiteurs des finances locales !!! Sur tous ces sujets graves, nous veillerons à vous fournir la meilleure information possible et surtout à ne rien vous dissimuler. Bonne Année

    Groupe des élus Les Républicains et apparentés

    Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais ! Combien de temps encore allons-nous supporter les contradictions de la municipalité ? Elle veut être informée mais ne pas vous informer (encore moins les élus de l’opposition) sur l’avenir de votre ville, de votre territoire en pleine mutation. Elle veut jouer les grandes et bénéficier d’un rayonnement XXL mais elle veut rester dans l’ombre de sa cellule en exigeant de garder la main sur ses envies sans prendre en compte ses voisins, pourtant ensemble en agglomération. Elle vote pour un budget commun mais s’y oppose au sein de sa ville, pour maintenir son image ? Que cache-t-elle ? Des dettes ? Bientôt, elle n’aura plus le choix que de subir ses positions à défaut de se projeter dans un développement cohérent aujourd’hui. C’est un tout ! Qu’elle soit droite et ose l’assumer. Nous vous adressons nos meilleurs voeux pour cette nouvelle année avec un avenir à la hauteur de vos souhaits, en toute sincérité !