Groupes politiques

    Composition / Tribunes

    Le conseil municipal est composé de cinq groupes politiques.

    Composition

    Groupe des élus communistes et progressistes

    Présidente : Marianne MARGATÉ

    Membres : Charlotte BLANDIOT-FARIDE, Franck SUREAU, Naïma BOUADLA, Luc MARION, Audrey MERET, Jacques DURIN, Josiane MARCOUD, Jean-Pierre BONTOUX, Guy DARAGON, Dominique DUIGOU, Loris BOULOGNE, Louise DELABY, Sylvain BERNARD, Julie MOREL, Vincent BOT

    Groupes des élus socialistes et apparentés

    Présidente : Laure GREUZAT

    Membres : Gilbert TROUILLET, Jean BOUGEARD, Yannick LAGARTO, Claire KAHN, Adeline TEULALE, Mohamed KACHOUR

    Groupe des élus écologistes

    Président : Benoit PENEZ

    Membre : Farid DJABALI

    Groupe des élus UDI

    Président : Laurent PRUGNEAU

    Membres : Gérard GAUTHIER, Lyazid AMRANE, Patricia AMICO

    Groupe des élus Les Républicains et apparentés

    Président : Philippe LALOUE

    Membres : Farida BENMOUSSA, Sophie VANHOUTTE, Richard BERTHELEU

    Tribunes

    Tribunes publiées dans le numéro de décembre 2018 de L’évolution suite au conseil municipal du 13 novembre 2018.

    Groupe des élus communistes et progressistes

    Accès chantiers sur des routes surchargées, dispositif anti-bruits ridicule, expropriations, imperméabilisation des sols… nombre de raisons nous ont amenés à refuser en conseil municipal l’autorisation environnementale du CDG Express. Elles montrent à quel point les Mitryen-ne-s feront les frais des nuisances de certain inutile devant relier la Gare de l’Est à l’aéroport sans arrêts, à 29€ le trajet, en perturbant la ligne K et le RER B avec 152 passages par jour sur leurs voies et sous nos fenêtres. Déjà en 2016 nous donnions un avis défavorable au CDG Express pour ces raisons. Déjà, comme aujourd’hui, l’opposition UDI/LR refusait de s’y associer, laissant les Mitryen-ne-s subir un projet qu’elle dit inéluctable, plutôt que de faire l’effort de proposer une alternative. Le seul avenir porté par le CDG Express est celui de quelques investisseurs soutenus par l’État. Pas celui des voyageurs ni des salariés de l’aéroport, à qui il n’offre rien. Et sûrement pas celui des Mitryen-ne-s, qui seul intéresse les élu-e-s communistes et progressistes, continuant de lutter contre ce projet inepte.

    Groupe des élus socialistes et apparentés

    En finançant le CDG Express par un prêt public de l milliard 7 et en retardant la réalisation des lignes du métro du Grand Paris pour des raisons techniques et financières, le gouvernement privilégie un projet qui sert une minorité à un projet d’intérêt général. Aujourd’hui, ce même gouvernement culpabilise les Français qui osent s’insurger contre la hausse des taxes sur les carburants : la transition écologique ne peut attendre selon le Président… Dire que les français n’ont pas compris la nécessité de la transition énergétique est insultant. Ils ont conscience des effets dévastateurs de la pollution, mais une grande majorité d’entre eux n’a pas un pouvoir d’achat suffisant pour investir dans des véhicules propres et les aides de l’État restent largement insuffisantes. Quant à l’option des transports en commun, elle n’est possible que dans les grands centres urbains ! Une fiscalité écologique n’a de sens que si des alternatives existent, l’État doit utiliser cet argent pour aider les français à aller vers le zéro carbone. Alors, nos concitoyens adhèreront à cette cause.

    Groupe des élus écologistes

    Une liaison ferroviaire reliant la capitale à l’aéroport Roissy CDG devrait nous réjouir. En effet, pour y accéder les axes routiers sont saturés et la ligne B assure mal sa mission ; enfin on favorise le transport en commun au lieu de construire des routes ! Pourtant quelle déception ! Comment accepter une liaison de 2,5 Mds€ sur fonds publics à l’usage exclusif des passagers aériens en rejetant les voyageurs du quotidien sur des rames de 40 ans. Difficile de valider la consommation de 25 H, de subir l’augmentation du bruit avec un mur antibruit partiel ou de voir des compensations écologiques en dehors du périmètre impacté. Et quid des matériaux à évacuer, on ne connait pas les exutoires. A quoi sert de relier en terminus la gare de l’Est déjà fortement sollicité qui ne dessert pas de points d’attractions touristiques ou d’affaires ? Mais pourquoi ? Il s’agit de briller pour devenir le 1er aéroport européen, de montrer que l’aéroport est relié à Paris par une liaison ferroviaire dédiée sans banlieusards ! Pourtant, des solutions existent en doublant le tunnel entre la gare du Nord et Châtelet, et le bouclant entre Roissy-CDG et Mitry-Mory.

    Groupe des élus UDI

    9 novembre 2018 : Date historique pour l’avenir de Mitry-Mory. Officialisation du GIP (Groupement d’Intérêt Public) regroupant 106 communes, 500 000 habitants et disposant de quatre
    compétences : le développement économique, le logement, la mobilité et la formation. L’objectif espéré étant de capter une partie des retombées économiques de l’Aéroport. Si ce GIP va poser un nombre incalculable de complications et d’obstacles… il est néanmoins porteur du message que nous soutenons inlassablement auprès de la majorité et aujourd’hui approuvé. Seule, une structure unique parlant d’une même voix auprès d’Aéroport de Paris, de la Région et de l’Etat sera capable d’apporter des solutions satisfaisantes au développement de notre Aéroport (demain 120 Millions/passagers annuel et 40% de trafic en +) et ainsi éviter le désastre du CDG Express où Mitry-Mory et Villeparisis n’ont pas été capables de s’accorder sur un communiqué ou une position commune… Nous y reviendrons. Bonnes fêtes de fin d’année !

    Groupe des élus Les Républicains et apparentés

    Trois points ont retenu notre attention à l’ordre du jour de ce conseil. Sur le CDG Express et le segment environnemental du projet, nous saluons le travail de synthèse réalisé qui note de nombreux points de convergence avec notre position. Cependant, nous avons toujours souligné la nécessité de cette réalisation, sans pour autant la privilégier par rapport aux autres moyens de transport, et contribuer à tout ce qui pourra être fait pour maintenir un environnement sain. D’où notre vote d’abstention. Sur la modification des temps d’accueil de loisirs, nous sommes en parfait accord avec ce mémoire qui suscite cependant quelques propositions : nécessité de devoir motiver toute modification tardive et une communication aux parents. Nous souhaitons cette mise en place très rapidement. Enfin, concernant L’ATALANTE, pour laquelle nous avons déjà engagé plus de 95.000 euros de contrats, nous souhaitons au plus vite un retour sur les entrées, ainsi que la mise en place d’un possible règlement par CB et sur Internet, et pourquoi pas une convention avec un grand distributeur de billetterie.