Groupes politiques

    Composition / Tribunes

    Le conseil municipal est composé de cinq groupes politiques.

    Composition

    Groupe des élus communistes et progressistes

    Présidente : Marianne MARGATÉ

    Membres : Charlotte BLANDIOT-FARIDE, Franck SUREAU, Naïma BOUADLA, Luc MARION, Audrey MERET, Jacques DURIN, Josiane MARCOUD, Jean-Pierre BONTOUX, Guy DARAGON, Dominique DUIGOU, Loris BOULOGNE, Louise DELABY, Sylvain BERNARD, Julie MOREL, Vincent BOT

    Groupes des élus socialistes et apparentés

    Présidente : Laure GREUZAT

    Membres : Gilbert TROUILLET, Jean BOUGEARD, Yannick LAGARTO, Claire KAHN, Adeline TEULALE, Mohamed KACHOUR

    Groupe des élus écologistes

    Président : Benoit PENEZ

    Membre : Farid DJABALI

    Groupe des élus UDI

    Président : Laurent PRUGNEAU

    Membres : Gérard GAUTHIER, Dominique MANIERE, Sun Lay TAN

    Groupe des élus Les Républicains et apparentés

    Président : Philippe LALOUE

    Membres : Corinne ADAMSKI-CAEKAERT, Farida BENMOUSSA, Isabelle PEREIRA

    Tribunes

    Tribunes publiées dans le numéro de novembre 2017 de L’évolution suite au conseil municipal du 10 octobre 2017.

    Groupe des élus communistes et progressistes

    Après avoir adopté un système de cotation permettant aux Mitryens de participer à la transparence dans l’attribution des logements, le mémoire adopté en Conseil municipal le 10 octobre pour le Fonds de Solidarité Logement montre encore nos efforts pour résoudre les difficultés des familles. Mais aujourd’hui, le Président de la République met en péril le modèle du logement social. En baissant de 1 à 2 milliards d’euros les aides au logement tout en demandant aux bailleurs de baisser les loyers, il prive ces derniers des moyens d’entretenir leur patrimoine, aggrave les conditions de vie des locataires, et remet en cause le financement des constructions neuves. Cette ponction de l’APL prolonge les lois qui, depuis 30 ans, privilégient l’investissement locatif privé : Besson, Périssol, Scellier, Duflot, Pinel … ce sont 240 millions de pertes pour les finances publiques en 2016. Notre groupe s’opposera à cette politique anti-sociale, et mettra en débat des solutions pour une politique nationale du logement alors qu’à la veille de l’hiver, plus de 4 millions de personnes sont mal logées.

    Groupes des élus socialistes et apparentés

    La fermeture de classe sur Zola maternelle est une aberration. Le mot n’est pas trop fort ! Comment peut-on se satisfaire d’écoles avec plus de 30 élèves par classe. Le dédoublement des classes de CP dans les REP + ne doit pas masquer les difficultés dans les écoles qui ne relèvent pas de ce dispositif. A Mitry, les écoles ne sont pas en REP. Pourtant, certains élèves ont des difficultés scolaires. Permettre un enseignement de qualité, avec plus de 30 enfants par classe, est tout simplement illusoire.
    Ce n’est pas mettre tous les élèves en position de réussir et l’Inspection Académique le sait. Il n’est pas possible de réduire l’éducation à des chiffres d’élèves sur une ville. Chaque élève est unique et doit avoir les mêmes chances que son voisin. C’est cela l’école de la République. La réalité géographique de notre commune est particulière et les familles doivent pouvoir bénéficier d’une école à proximité. Cette réalité est sue de l’Inspectrice. Le Gouvernement a fait de l’école primaire sa priorité. Que cela soit dès maintenant démontré avec l’annulation de la fermeture à l’école Zola. Les solutions existent. Il faut maintenant faire les choix économiques et financiers. L’école est un investissement pour l’avenir, ce n’est pas un coût. « Si vous pensez que l’éducation est chère, attendez de voir combien l’ignorance
    coûtera ».

    Groupe des élus écologistes

    Notre ville a de nouveau manifesté sa solidarité avec ceux qui subissent les aléas climatiques de plus en plus fréquents. Les pouvoirs publics et les trusts industriels n’ont pas le courage d’accompagner le changement de modèle de développement et de consommation. L’espoir suscité par la COP21 s’essouffle et l’horizon post-carbone s’éloigne. Les sols continuent d’être imperméabilisés, l’agriculture productiviste consommatrice de pesticides perdure au détriment de la santé de ceux qui la pratique et ceux qui la consomme. Des voix s’élèvent pour dénoncer un véritable ECOCIDE. Le chemin pour retrouver l’équilibre de la nature sera long et semé d’embûches et cela ne doit pas entamer notre détermination. Ainsi, nous encourageons les initiatives et les actions prises par des collectivités et des associations : agriculture raisonnée, circuits courts de consommation… A Mitry-Mory, la municipalité a fait des choix ambitieux tels la préservation d’espaces naturels, la gestion différenciée des espaces verts pour protéger la biodiversité, introduire plus de bio dans ses cantines…Le bilan de mi-mandat sera l’occasion de démontrer les avancées réalisées.

    Groupe des élus UDI

    Retour sur l’Evolution de rentrée et un tract vous vantant le «bouclier fiscal» mitryen. De nombreuses contrevérités ont été écrites sur la fiscalité de notre interco. NON, une collectivité locale ne peut «lever» l’impôt, seul l’Etat peut le faire. En revanche, elle peut en modifier le taux. La CARPF a décidé d’harmoniser le taux de la TOEM sur l’ensemble de son territoire et non de créer une fiscalité additionnelle. Cette hausse «injuste» a été approuvée par l’ensemble des délégués de Mitry-Mory (y compris nous-même) et par sa V.Présidente qui, rappelons-le, participe à la construction du budget de la CARPF. Budget, lui-même, adopté à l’unanimité de ses membres !!! Où est la justice fiscale lorsqu’une baisse d’impôts (TH) est financée uniquement par les propriétaires (TF) ? Où est l’«effort majeur» des élus lorsque les impôts intercommunaux augmentent ?? Augmentation compensant à l’identique des dépenses auparavant financées par la commune. OUI, la fiscalité locale a donc bien augmenté et nous ne sommes pas dupes que ce « bouclier fiscal » n’est qu’un simple tour de passe-passe !

    Groupe des élus Les Républicains et apparentés

    Outre les impôts, un autre sujet urticant : l’Atalante ! De par sa rue, la municipalité nous plante le décor : fils d’anarchiste impliqué dans la presse communiste. Réalisateur de 2 films : le premier, « Zéro de conduite », qui reflète un modèle de comportement de nos adolescents totalement incompatible avec la sérénité attendue des Mitryens ! Le second, « Atalante », dont le nom sonne plus doux à l’oreille lors du choix (que nous respectons) lors de la rencontre associative. En fait, une simple péniche où tout ce qui se passe à bord n’est que tristesse. Péniche qui pourrait d’ailleurs faire sombrer le budget communal et augmenter vos impôts, solidarité oblige … Atalante est une chasseresse, nous dit le Maire, mais surtout celle qui tue de flèches ses prétendants qui la dépassent à la course jusqu’à ce que l’un d’entre eux la piège avec 3 pommes d’or. Pauvre naïve !!! Enfin, comment se réjouir que malgré un centre culturel enfin digne du nouveau directeur, 1 Mitryen sur 40 seulement pourra accéder aux spectacles ? Où est l’ambition pour TOUS les Mitryens ?