Les Fantômes de la rue Papillon, avec Michel Jonasz

    Les Fantômes de la rue Papillon, avec Michel Jonasz

    Le rideau s’ouvre sur un banc et son réverbère.

    Sur le banc, Joseph, un vieux juif solitaire. Soudain, des halos de gyrophare… le contrôle d’identité d’Haïssa, un jeune rebeu : « Tu descends de ta voiture et tu sors tes papiers ! ».

    « Mais j’ai rien fait, M’sieur »

    Ça dégénère, un malentendu, une bousculade, un coup de feu… Haïssa meurt sur le coup. On entend une porte s’ouvrir lourdement, Haïssa entre en scène et tombe sur Joseph.

    La porte se referme magistralement. Ce sont deux fantômes !

    Joseph va expliquer à Haïssa que « l’on devient fantôme juste devant l’endroit où l’on meurt ».

    Ainsi, tous deux se retrouvent isolés dans un espace virtuel, devant la rue Papillon, à Paris. Joseph y a été tué le matin du 16 juillet 1942, jour maudit de la rafle du Vel d’Hiv. Haïssa vient d’y mourir ce 12 janvier 2017.

    « Une belle humanité se dégage des personnages. Un vrai fond de tendresse rend tous les discours écoutables. » Le Figaro

    Infos pratiques

    Localisation

    L’Atalante (1 rue Jean Vigo à Mitry-le-Neuf)