Vote du budget 2020

    Vote du budget 2020

    Un budget marqué par 2 événements majeurs

    Le budget 2020 est marqué par deux événements majeurs qui l’impactent singulièrement.

    En premier lieu, la crise sanitaire que nous avons connue est un choc sans précédent sur la croissance, entraînant la crise économique la plus sévère de ces dernières décennies. En réponse, des mesures spécifiques de renforcement des actions de solidarité auprès des familles fragilisées,
    des personnes isolées, de soutien aux associations caritatives et d’accompagnement du commerce local ont été nécessaires. De plus, le confinement a engendré pour la collectivité une perte importante de ressources liée à l’arrêt de nombreuses prestations municipales. Dans le même temps, des dépenses exceptionnelles ont dû être engagées, comme l’achat massif d’équipements de protection au bénéfice des agents communaux comme de la population.

    En second lieu, l’élection municipale du 15 mars dernier marque l’attachement des Mitryen-ne-s pour le projet porté par la municipalité, c’est-à-dire pour un service public local de qualité et accessible à tous-tes.

    Pas d’augmentation de la pression fiscale communale

    Dans un contexte toujours plus contraint, notamment lié à la baisse des dotations de l’État et à une perte d’autonomie fiscale engendrée par l’intégration de la ville à la communauté d’agglomération Roissy Pays de France, la Ville a toujours su maintenir l’équilibre financier tout en préservant le pouvoir d’achat des habitant.e.s.

    Malgré une perte cumulée de 20 millions d’€ de capacité de financement, le budget 2020 est construit, pour la 14e année consécutive, à pression fiscale constante, conformément aux engagements de la municipalité. Aucune augmentation des taux communaux d’impôts locaux n’est donc prévue. 

    Un programme d’investissement ambitieux

    Malgré la mise en pause de nombreux projets pendant la période de confinement,  suivie des vacances estivales, la Ville engage une nouvelle fois un programme de dépenses d’équipements ambitieux à hauteur de 8 millions d’€.

    Une stratégie financière qui s’accompagne d’une maîtrise des dépenses de fonctionnement alors même que des coûts exceptionnels seront inexorablement engendrés par la crise sanitaire.

    Le programme d’investissement en 2020 portera notamment sur le démarrage de la construction de la nouvelle école Elsa Triolet (2 200 000€), l’amélioration des tapis routiers, trottoirs et liaisons douces (1 600 000€), la création de nouveaux équipements sportifs à la plaine Guy Môquet (1 400 000€), l’agrandissement du gymnase Jean Guimier 1 (800 000€), la création de terrains de football au complexe Micheline Ostermeyer, la participation à la construction de logements conventionnés, la modernisation informatique, la mise en œuvre de l’agenda d’accessibilité programmé, l’aménagement énergétique du parc des Douves ou encore l’extension du cimetière.

    Une dette saine

    L’encours de dette de la Ville, environ 33 millions au 31 décembre 2019, compte 25 emprunts auprès de 8 prêteurs. Une diversification visant à limiter les risques.

    Le taux moyen d’emprunt reste faible en s’établissant à 1,59%.

    La part d’emprunt à taux fixe correspond à 52,9% de l’encours tandis que les taux de la part variable continuent d’évoluer à la baisse.

    Fidèle à sa politique d’endettement, l’encours de la Ville reste intégralement composé d’emprunts classés 1A selon la charte Gissler de bonne conduite.