Les cahiers de doléances sont ouverts

    Les cahiers de doléances sont ouverts

    Gilets jaunes, rouges ou verts, robes noires, blouses blanches, lycéens, étudiants, fonctionnaires, chômeurs ou retraités… Depuis quelques semaines les Français-es de tous secteurs et toutes conditions ont pris la parole pour dénoncer les injustices qu’ils subissent personnellement ou celles dont leurs proches sont victimes.

    C’est un moment particulier pour notre pays, où chacun prend l’initiative de dire au gouvernement l’urgence du quotidien et le besoin d’un changement rapide et fondamental de notre société.

    Certains ont qualifié ce moment de crise. C’est aussi et surtout une chance. Car en ce moment, à Mitry-Mory comme ailleurs, des citoyen-ne-s qui ne se connaissaient pas se retrouvent dans la rue et sur les ronds-points pour discuter, échanger leurs problèmes, partager leurs idées de solutions à y apporter.

    Ce faisant, c’est la démocratie qui se met en mouvement. Et déjà, de nombreuses propositions concrètes ont émergé ici où là : référendum d’initiative populaire, taxation du kérosène, annulation de la hausse de la CSG, rétablissement de l’ISF, augmentation des retraites et des salaires, objectif zéro SDF, fin des suppressions de maternités, d’écoles ou de bureaux de poste…

    Impossible de toutes les citer ici. Les opinions sont diverses et chacun est amené, dans son travail, sa famille, avec ses amis, à développer une expertise propre sur les problèmes particuliers qu’il rencontre. Mais il n’est pas question de perdre la richesse que constitue ce foisonnement d’idées !

    C’est pourquoi votre mairie vous propose d’en faire la liste dans des cahiers de doléances.  En 1789, ces cahiers avaient été ouverts en tous points de la France pour récolter les demandes et les propositions des Français-es. Souvent concrètes et pertinentes, elles servirent de guide à la Révolution, pour construire un nouveau pacte social et démocratique. C’est ce que je vous invite à faire aujourd’hui, à l’image de nombreux maires qui prennent aussi cette initiative.

    Vous trouverez ainsi, dans tous les accueils publics de la Ville des cahiers où vous pourrez noter, à l’attention du Président et de son gouvernement, vos problèmes, vos demandes, vos propositions. Vous pouvez également le faire en ligne, en cliquant ici.

    Une fois couchées sur le papier, nous les rassemblerons et les ferons parvenir à l’Élysée, à Matignon, ainsi qu’à votre député.

    La mobilisation populaire a obligé le Président de la République à annoncer, lundi 10 décembre, de premières avancées. Le compte n’y est cependant pas. Organisons donc notre propre concertation, ouverte à toutes et à tous ceux qui souhaiteront s’exprimer dans les cahiers de doléances.

    Une fois nos demandes envoyées, plus aucun Président ou Ministre, aussi coupé des réalités qu’il soit, ne pourra prétendre les ignorer.