Non au CDG Express

    Non au CDG Express

    Retrouvez toute l’actualité sur le projet CDG Express.

    La presse en parle / Jeudi 21 février 2019 / Communiqué du 19 février / Communiqué du 15 février / Jeudi 14 févrierMercredi 13 février 2019 / Lundi 11 février / Samedi 9 février / Jeudi 7 février / Jeudi 7 février, 7h45 / Mercredi 6 février / Vendredi 1er février / Intervention de Charlotte Blandiot-Faride en date du 1er février / Communiqué de presse du 31 janvier 2019 / Communiqué du maire du 30 janvier

    La presse en parle…

    Retrouvez les articles parus dans la presse suite aux mobilisations des Mitryen-ne-s, usager-ère-s et élue-s :

    Jeudi 21 février 2019

    Aujourd’hui, près d’une quarantaine d’habitant-e-s et usager-ère-s, accompagnés de Charlotte Blandiot-Faride, maire de Mitry-Mory, et d’élu-e-s de la municipalité, s’étaient donnés rendez-vous à la gare de Mitry-le-Neuf pour se rendre en gare d’Aulnay-Sous-Bois et aller à la rencontre de Valérie Pécresse qui n’avait pas prévu de déplacement à Mitry-Mory dans le cadre de ses visites sur la ligne B du RER.

    La présidente de la région Île-de-France et de Île-de-France mobilités a réaffirmé que des investissements massifs allaient être opérés sur la ligne, notamment la création d’une rame à deux niveaux et le changement de caténaires d’ici 2025.

    Des annonces bienvenues qui n’ont pas empêché la délégation mitryenne de revenir sur la question des impacts de la future ligne CDG Express sur les lignes B du RER et P et K du transilien.

    Face aux interpellations des habitant-e-s et usager-ère-s, madame Pécresse a été contrainte de confirmer que le CDG Express aurait effectivement des conséquences sur la qualité des conditions de transport, notamment en phase travaux. Malgré sa demande de « détendre le calendrier », elle n’a pu apporter aucune garantie quant à l’absence d’impacts de cette nouvelle ligne aussi bien durant le chantier que lors de sa mise en service, pour la bonne et simple raison que c’est impossible !

    Alors que, en tant que présidente de la région Île-de-France et de Île-de-France mobilités, Valérie Pécresse n’a aucun intérêt à ce que le CDG Express vienne dégrader les investissements prévus sur la ligne B du RER, il lui a été demandé de clarifier sa position sur le CDG Express, au-delà des questions de calendrier.

    Madame le maire a également invité Valérie Pécresse à venir à Mitry-Mory pour rencontrer les habitant-e-s et usager-ère-s afin de pouvoir se rendre compte des difficultés rencontrées au quotidien et d’entendre leurs craintes vis-à-vis du projet CDG Express.

    À suivre…

    Communiqué du 19 février 2019

    CDG Express : à Mitry-Mory c’est NON !

    Lundi 18 février 2019, plus de 700 habitant-e-s, riverain-e-s, usager-ère-s ainsi que de nombreux élu-e-s se sont réunis à L’Atalante où le préfet de région, Michel Cadot, accompagné des porteurs du CDG Express à savoir SNCF, RATP et ADP, sont venus présenter le projet, ses impacts et discuter avec le public.

    L’occasion pour tous d’échanger autour de l’opportunité du CDG Express et de l’urgence à répondre aux besoins des transports du quotidien. Des débats riches de contenus, d’expériences, souvent empreints de colère, mais toujours respectueux et surtout constructifs.

    C’est d’ailleurs avec beaucoup de volonté et de pragmatisme, pour proposer d’autres alternatives au service de tous (télécharger la proposition des associations d’usagers en cliquant ici), que les très nombreux intervenant-e-s ont défendu la priorité aux transports du quotidien sur rail comme sur route.

    Nous adressons un grand merci aux nombreux élu-e-s – parlementaires, conseillers régionaux et départementaux, maires – représentant Paris, la Seine-Saint-Denis, le Val d’Oise, la Seine-et-Marne, les Hauts-de-France, venus soutenir les habitant-e-s, pour affirmer leur refus d’un projet inutile et le besoin de la réorientation des moyens pour les transports pour tous.

    Si nous pouvons saluer la démarche des représentants de l’État, venu jusqu’à Mitry- Mory pour présenter le CDG Express et ses conséquences, nous regrettons toutefois que cette rencontre ait été organisée après le lancement des travaux et la validation du projet par la ministre Elisabeth Borne.

    Il est à retenir de cette soirée : la volonté de l’État de mettre en œuvre le CDG Express contre l’avis du plus grand nombre ; la reconnaissance de l’existence d’impacts sur les transports du quotidien, notamment pendant la phase travaux ; l’impossibilité des autorités présentes à répondre à la question fondamentale : à qui profite cette nouvelle infrastructure et pourquoi persister avec entêtement dans cette voie, sinon pour servir la privatisation du groupe ADP et la volonté d’augmentation de sa valeur financière par un moyen de transport dédié et privé.

    La ville de Mitry-Mory reste donc particulièrement mobilisée sur cette question. C’est pourquoi nous gardons pour boussole que la raison et l’intelligence collective l’emportent sur ce dossier pour d’autres choix au service de l’intérêt général.

    Nous attendons désormais que le rapport de monsieur le préfet de région, dont la remise à madame la ministre est prévue pour fin mars, reflète les exigences exprimées unanimement pour l’amélioration et le développement des transports du quotidien.

    Ainsi, nous continuerons d’agir sur plusieurs fronts, contre le CDG Express, pour l’amélioration des transports pour tous sur rail comme sur route mais aussi pour la protection des riverain-e-s et leur qualité de vie.

    Charlotte Blandiot-Faride
    Maire de Mitry-Mory

    Communiqué de madame le maire du 15 février 2019

    CDG Express : le rendez-vous à ne pas manquer

    Alors que le débat se poursuit autour de l’opportunité du projet CDG Express, Michel Cadot, Préfet de la région Île-de-France a confirmé sa présence pour un débat public :

    Lundi 18 février 2019 à 19h à L’Atalante, à Mitry-Mory

    Ce débat sera l’occasion de faire connaître les nombreuses réserves qui fondent l’opposition des élu-e-s et habitant-e-s des secteurs concernés, ainsi que de présenter les alternatives possibles à ce projet.

    Nous vous attendons donc nombreuses et nombreux pour participer à cet échange en compagnie des élu-e-s, villes, associations et organisations qui ont déjà annoncé leur présence ou leur représentation :

    • Clémentine AUTAIN – Députée de Seine-Saint-Denis ;
    • Rodrigue KOKOUENDO – Député de Seine-et-Marne ;
    • Éliane ASSASSI – Sénatrice de Seine-Saint-Denis ;
    • Julien BAYOU – Conseiller régional d’Île-de-France ;
    • Sylvie FUCHS – Conseillère régionale d’Île-de-France ;
    • Fabien GUILLAUD BATAILLE – Conseiller régional d’Île-de-France ;
    • Céline MALAISE – Conseillère régionale d’Île-de-France ;
    • Didier MIGNOT – Conseiller régional d’Île-de-France ;
    • Bernard CORNEILLE – Conseiller départemental de Seine-et-Marne et Maire d’Othis ;
    • Pierre LAPORTE – Conseiller départemental de Seine-Saint-Denis ;
    • Marianne MARGATE – Conseillère départementale de Seine-et-Marne ;
    • Patrick RENAUD – Président de la Communauté d’Agglomération Roissy-Pays-de-France ;
    • Didier LE RESTE – Conseiller de Paris et Président de l’association « Non au CDG Express » ;
    • Alain AUBRY – Maire du Mesnil-Amelot ;
    • Bruno BESCHIZZA – Maire d’Aulnay-sous-Bois ;
    • Marion BLANCARD – Maire de Mauregard ;
    • Stéphane BLANCHET – Maire de Sevran ;
    • Meriem DERKAOUI – Maire d’Aubervilliers ;
    • Daniel DOMETZ – Maire de Saint-Mard ;
    • Xavier FERREIRA – Maire de Charny ;
    • Daniel HAQUIN – Maire de Juilly ;
    • Jean-Claude GENIES – Maire de Gressy ;
    • Joël MARION – Maire de Compans ;
    • Isabelle RUSIN – Maire d’Epiais-lès-Louvres ;
    • Laurent RUSSIER – Maire de Saint-Denis ;
    • Hervé TOUGUET – Maire de Villeparisis ;
    • André TOULOUSE – Maire de Roissy en France ;
    • Jean Marie BATY – Président association Mouvement National de Lutte pour l’Environnement ;
    • Julien IRONDELLE – Président de SOS Usagers RER B ;
    • Catherine LAUSSUC – Présidente comité Usagers RER B Nord.

    Charlotte Blandiot-Faride
    Maire de Mitry-Mory

    Jeudi 14 février 2019

    Ce matin, comme c’est le cas depuis maintenant plus de 10 jours, les habitant-e-s, usager-ère-s, citoyen-ne-s, représentant-e-s associatifs et élu-e-s, dont Sylvie Fuchs, conseillère régionale d’Île-de-France, étaient nombreux au rond-point d’entrée de ville de Mitry-le-Neuf pour dire leur refus face au projet CDG Express.

    Encore une fois, des compagnies de CRS ainsi que de nombreux policiers nationaux ont été mobilisés pour les accueillir.

    A noter que ce matin, la créativité mitryenne était au rendez-vous et ce en musique !

    Téléchargez les paroles de la chanson Pose tes deux pieds au rond-point en cliquant ici.

    Mercredi 13 février 2019

    Mardi 12 février à 7h, les usager-ère-s et riverain-e-s, accompagnés de Charlotte Blandiot-Faride, maire de Mitry-Mory, et des élus de la municipalité et du département, étaient présents, comme chaque matin depuis 10 jours, devant le chantier du CDG Express pour en bloquer l’accès.

    Ils en ont été violemment délogés par une compagnie de CRS à la demande des services de l’État, à qui il a donc été demandé de libérer, par la force, la voie aux engins de chantier.

    Cette intervention violente à l’encontre de femmes, de personnes âgées et d’élu-e-s munis de leurs écharpes est intervenue au lendemain de la signature par madame la ministre en charge des Transports du contrat de concession du CDG Express.

    Alors que madame la ministre prétends, dans les médias, étudier la possibilité de lancer ce chantier sans dégrader les transports quotidiens (RER B et ligne K), sur le terrain, tous les moyens, y compris les plus violents, sont mis en œuvre pour réaliser ce train au plus vite, contre la volonté des habitants et de leurs représentants.

    Ce mercredi 13 février, alors que la mobilisation s’est encore accentuée, avec plus de 150 personnes présentes à l’entrée du chantier, c’est une fois de plus par des compagnies de CRS que les Mitryen-ne-s, citoyen-ne-s, usager-ère-s ont été accueillis. A noter la présence, à leurs côtés, de nombreux élu-e-s du territoire (Mitry-Mory, Tremblaye-en-France, Othis, Saint-Pathus…), de Didier Mignot, conseiller régional d’Ile-de-France, de Didier Le Reste, conseiller municipal de la ville de Paris et Président de l’association Non au CDG Express, de Fabien Gay, sénateur, de Pierre Laporte, conseiller départemental de Seine-Saint-Denis, et de Marianne Margaté, conseillère départementale de Seine-et-Marne.

    Lundi 11 février 2019

    Madame, Monsieur,

    Depuis plus de 15 ans, l’État et le groupe Aéroport de Paris tentent de nous imposer le projet de liaison directe, dit CDG Express, sans arrêt, entre l’aéroport et Paris.

    À 29 € l’aller, et pour quelques minutes de moins que le trajet réalisé par le RER B et la future ligne 17 du Grand Paris Express, les touristes pourront directement gagner la Gare de l’Est.

    Cette nouvelle infrastructure, sans aucun intérêt pour nos déplacements du quotidien, empruntera les rails du RER B et de la ligne K, entrainant de très nombreuses perturbations.

    Pour Mitry-Mory, c’est la triple peine…

    • Dégradation des conditions de transports : en phase chantier sont annoncées des coupures de circulation, 15 week-ends par an, ainsi qu’en soirée, et des interruptions totales pour les périodes estivales, avec comme seule alternative la mise en place de bus de substitution.
    • Dégradation de la circulation routière : liée à un chantier de 5 années, avec des passages permanents de camions et d’engins à la sortie de l’A104, axe déjà largement saturé.
    • Dégradation du cadre de vie : nuisances et bruits pour les riverains jouxtant les lignes ferroviaires et le chantier.

    Tout cela pour un train qui ne nous servira jamais alors que les usagers des lignes B et K galèrent chaque jour un peu plus. Leur imposer les nuisances de CDG Express, c’est faire de leur vie un enfer, c’est mettre encore plus de monde sur la route !

    Mobilisés depuis toujours, nous avons été rejoints par de nombreux élu-e-s, acteur-trice-s associatifs et syndicaux de tous bords et de tous les territoires traversés par ce train inutile, coûteux et écologiquement irresponsable.

    Pour nous, c’est clair, réaliser le CDG Express c’est dégrader les transports du quotidien sur rail comme sur route, et c’est inacceptable. Madame la ministre doit prendre la seule décision raisonnable, celle d’abandonner le CDG Express.

    Face aux mobilisations et à la montée des colères, sans pour autant reconnaître l’hérésie du projet, le Préfet de Région a accepté la tenue d’une réunion publique :

    Lundi 18 février à 19h
    À L’Atalante (rue Jean Vigo à Mitry-Mory)

    Je vous invite à venir nombreuses et nombreux pour exprimer votre opinion. Cette rencontre sera aussi l’occasion d’exposer nos propositions alternatives, pour une meilleure desserte de la plateforme aéroportuaire, utile à tous.

    Dans l’espoir que l’intelligence collective l’emporte et donne priorité aux transports du quotidien, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations cordiales.

    Charlotte Blandiot-Faride
    Maire de Mitry-Mory

    Samedi 9 février 2019

    Plus de 130 personnes se sont réunies salle Jean Vilar, dont de nombreux acteurs politiques et associatifs, pour échanger et partager sur les questions des transports de quotidien.

    Cette rencontre, riche d’interventions diverses et plurielles, a permis de faire émerger des solutions alternatives utiles à tous, qui n’opposeraient pas les usages et les usagers.

    A noter la présence, aux cotés des Mitryen-ne-s et de leurs élu-e-s, de nombreux élu-e-s du territoire parmi lesquels Alain Aubry, maire du Mesnil-Amelot, Stéphane Blanchet, maire de Sevran, Bernard Corneille, maire d’Othis et conseiller départemental, Jean Claude Genies, maire de Gressy, Marianne Margaté, conseillère départementale, Hafsi Medhi, adjoint au maire de la Courneuve, Hervé Touguet, maire de Villeparisis, et responsables d’associations d’usagers et environnementales à savoir Julien Hirondelle (SOS RER B), Catherine Laussucq (Comité des Usagers du RER B Nord) et Jean-Marie Baty (MNLE). 

    Ce fut pour Charlotte Blandiot-Faride, maire de Mitry-Mory, l’occasion d’informer les participant-e-s de la venue du Préfet de Région Ile-de-France à Mitry-Mory le lundi 18 février pour une réunion publique.

    Un compte rendu de cette rencontre est en cours d’élaboration  et sera adressé à Madame la Ministre Elisabeth Borne et à Michel Cadot, Préfet de la Région Ile-de-France.

    Jeudi 7 février 2019

    CDG Express : le train qui fait dérailler les transports du quotidien

    Depuis plus de 15 ans, ce projet de liaison directe entre l’aéroport et Paris échoue à convaincre.

    Et pour cause : pour 29 €, il fera en quelques minutes de moins le même trajet que le RER B et la future ligne 17 du Grand Paris express, en roulant sur les rails du RER et du Transilien, sans aucun arrêt avant la Gare de l’Est.

    Pourtant, malgré le retrait du premier porteur du projet face à l’absence programmée de rentabilité, malgré les appels lancés pour sa suspension par plus de 100 élu-e-s, acteurs associatifs et syndicaux de tous bords et de tous les territoires traversés par ce train inutile et coûteux, les travaux ont débuté lundi 28 janvier à Mitry-Mory, avant même que madame la Ministre n’ait confirmé la poursuite du projet, ce qu’elle a fini par faire ce mardi 5 février.

    Devant ce passage en force du gouvernement qui fait tout pour offrir, sur argent public, ce cadeau au groupe Aéroports de Paris qu’il s’apprête à privatiser, la mobilisation s’organise.

    Usager-ère-s des transports quotidiens, habitant-e-s, élu-e-s, acteurs associatifs, représentant syndicaux, gilets jaunes refusent cette décision indéfendable… Nous étions 50 devant l’entrée du chantier du CDG Express pour en interdire l’accès, lundi 4 février au matin, près de 100 le lendemain, plus encore le surlendemain et ça n’est pas fini !

    Si vous êtes épuisés par les galères rencontrées chaque jour dans les transports, pour l’amélioration des transports du quotidien et contre le gaspillage d’argent public dans les projets inutiles, la Ville vous invite à participer à une réunion publique à laquelle l’ensemble des acteurs concernés par le projets CDG Express ont été invités, samedi 9 février à 10h, salle Jean Vilar (avenue Jean-Baptiste Clément).

    Jeudi 7 février 2019, 7h45

    Mercredi 6 février 2019

    Aujourd’hui, le rapport du préfet de Région sur la concertation autour du projet CDG Express voulue par Elisabeth Borne, ministre en charge des Transports, a été rendu public.

    Dans le même temps, la Ministre a validé le projet de train rapide entre Paris et Roissy malgré les inquiétudes et oppositions toujours aussi vives des élus, usagers et franciliens.

    Le rapport remis par monsieur le Préfet ne rassure pourtant pas. Il rappelle notamment la persistance de nombreuses zones d’ombre ne permettant pas d’évaluer l’impact du CDG Express sur les transports du quotidien.

    Par ailleurs, aucune réponse n’a été apportée à un grand nombre de questions pourtant portées à sa connaissance dans le cadre de la concertation (voir le courrier de madame le maire à l’attention du Préfet de région, en date du 1er février 2019, en cliquant ici).

    Vendredi 1er février 2019

    Intervention de Charlotte Blandiot-Farie, maire de Mitry-Mory, en date du 1er février 2019

    Communiqué de presse du 31 janvier 2019

    Jeudi 31 janvier, Charlotte BLANDIOT-FARIDE, maire de Mitry-Mory, accompagnée de ses adjoints et conseillers municipaux, et de Didier LE RESTE, conseiller de Paris et Président de l’association Non au CDG Express, ont tenu une conférence de presse consacrée aux travaux du CDG Express devant plus d’une centaine d’habitant-e-s et usager-ère-s des transports venus de Mitry-Mory et des communes environnantes.

    À l’heure où l’utilité, la rentabilité et le financement du CDG Express sont fortement contestés, madame Elisabeth BORNE, ministre des Transports, a confié à monsieur Michel CADOT, préfet de la région Île-de-France, l’organisation d’une concertation visant à déterminer l’opportunité de son maintien.

    Ce faisant, elle s’est engagée à ce que ce projet soit abandonné si démonstration était faite de son impact négatif sur les transports du quotidien, notamment sur les lignes B, K et P.

    Pourtant, avant même la fin de cette concertation, les travaux du CDG Express ont débuté à Mitry-Mory dès le lundi 28 janvier. Madame le maire avait alors dénoncé cette provocation et exigé leur arrêt immédiat (voir la vidéo).

    Aucune réponse n’ayant été donnée à ce jour, madame BLANDIOT-FARIDE a renouvelé une dernière fois cette exigence ce jeudi 31 janvier.

    En l’absence de réponse à cette demande avant la fin de la semaine, elle a indiqué qu’elle serait contrainte d’empêcher l’accès au chantier dès le lundi 4 février au matin.

    Madame le Maire, soutenue par la centaine de citoyen-ne-s rassemblés à son appel, a déploré devoir recourir à de tels procédés afin d’obtenir le simple respect des principes essentiels qui garantissent la sincérité de toute procédure de concertation.

    Toutes et tous ont affiché leur détermination à faire entendre la parole des usager-ère-s qui ont encore subi ce jour les galères quotidiennes provoquées par le manque d’investissements dans les transports du quotidien.

    Ont également pris la parole à l’occasion de cette conférence de presse :

    • Marianne MARGATÉ, conseillère départementale de Seine-et-Marne ;
    • Bernard CORNEILLE, conseiller départemental de Seine-et-Marne, maire d’Othis ;
    • Sylvie FUCHS, conseillère régionale d’Île-de-France ;
    • Didier MIGNOT, conseiller régional d’Île-de-France ;
    • Joël MARION, maire de Compans ;
    • Lionel TOUSSAINT de la Fédération Nationales des Associations d’Usagers des Transports ;
    • Christine CHEVALLIER de l’Association des usagers de la ligne Paris-Crepy-Laon ;
    • Luc DARLOY de l’Association des Usagers de la ligne Paris-Meaux-Crecy.

    Communiqué du mercredi 30 janvier 2019

    Lundi 28 janvier, les Mitryen-ne-s ont eu la surprise de découvrir des engins de chantier affairés dans les plaines agricoles qui traversent leur ville. Il s’agit du chantier du CDG Express qui a débuté.

    Pourtant, le projet du CDG Express fait en ce moment même l’objet d’une concertation lancée par la ministre des Transports visant à étudier l’opportunité de sa réalisation s’il devait dégrader les transports du quotidien.

    Dès lors, nous n’avons cessé de multiplier les arguments concourant à faire la démonstration que le CDG express, en période de travaux comme de fonctionnement, allait très fortement dégrader la circulation de la ligne B du RER et de la ligne K.

    Alors que la concertation n’est pas terminée, le chantier démarre ! C’est donc un coup de force qui est opéré. L’État a pris sa décision : pour lui le CDG Express doit être construit, dès maintenant sans tenir compte des multiples voix qui se sont élevées pour que la priorité soit donnée aux transports du quotidien.

    Cette méthode inacceptable méprise la parole des usagers, de leurs représentant-e-s et celle des Mitryen-ne-s.

    C’est une insulte lancée au visage des élu-e-s et des associations d’usagers engagés dans un processus de concertation.

    J’ai demandé à madame la ministre en charge des Transports et à monsieur le préfet de la région Île-de-France de faire cesser immédiatement ces travaux.

    N’ayant reçu à ce jour aucune réponse et constatant leur avancée, je vous invite à me retrouver sur le site même du chantier pour une conférence de presse en présence de Didier le Reste, conseiller de Paris et président de l’association Non au CDG Express le jeudi 31 janvier à 14h au rond-point d’entrée de ville de Mitry-le-Neuf (croisement D84 et D309).

    Nous lancerons un dernier ultimatum pour que cesse le chantier le temps de la concertation et de ses conclusions.

    Faute de quoi, nous déciderons d’actions à venir.

    Charlotte Blandiot-Faride
    Maire de Mitry-Mory