Non à l’antisémitisme : déclaration du maire au conseil municipal

    Non à l’antisémitisme : déclaration du maire au conseil municipal

    Mardi 19 février, à l’occasion du conseil municipal, en ouverture de séance, Charlotte Blandiot-Faride, maire de Mitry-Mory, a tenu à s’exprimer sur les manifestations d’actes antisémitismes qui ont émaillé ces dernières semaines.

    Avant de commencer l’examen des points à l’ordre du jour, je voudrais que nous prenions un moment pour évoquer ensemble les manifestations d’actes antisémitismes qui ont émaillé ces dernières semaines.

    Chacun d’entre nous a découvert, avec consternation, les actes de haine qui se sont multipliés. Une boîte aux lettres couverte de portrait de Simone Veil, barrés de croix gammées. Une vitrine entachée d’un odieux « JUDEN », de sinistre mémoire. Des insultes proférées à l’encontre d’un personnage public qui, que l’on partage ses opinions ou qu’on les condamne, ne peut en aucun cas être agressé en raison de ses origines.

    Et aujourd’hui, l’immonde profanation de vingt tombes érigées à la mémoire de citoyens de confession juive, dans un cimetière du Bas-Rhin. Le jour même où une marche rassemble les françaises et les français pour dénoncer ces manifestations de haine.

    Alors je crois important que nous le répétions dans ce conseil. C’est assez ! Nous ne pouvons pas tolérer de telles manifestations de haine.

    Leurs auteurs doivent savoir qu’en insultant nos frères et nos sœurs en raison de leurs origines, c’est nous tous qu’ils insultent. C’est nous tous qui sommes meurtris.

    L’antisémitisme comme l’est le racisme, est une négation de l’égalité de tous les hommes et de toutes les femmes. Une négation des fondements de notre République et des droits de l’Homme garantis à chacun. Ainsi en s’attaquant aux juifs, c’est à nous tous que s’attaquent ceux qui se rendent coupable de tels actes. C’est notre société et la fraternité qui la fonde qu’ils cherchent à mettre à bas.

    Nous ne l’accepterons jamais.

    Souvenons-nous de l’avertissement de Frantz Fanon, si bien repris en une du journal l’Humanité : « Quand vous entendez dire du mal des juifs, dressez l’oreille, on parle de vous ».

    Nous ne pouvons rester indifférents à de tels appels à la haine, ni accepter que des individus ou des organisations profitent d’un mouvement social pour diffuser de tels messages. Et nous ne pouvons accepter qu’il soit fait le moindre usage politique de ces actes gravissimes.

    Nous le rappelons chaque année, en commémorant le massacre de la Shoah. Le combat contre l’antisémitisme ne peut jamais être abandonné. Il ne faut jamais baisser la garde. Toujours entretenir la mémoire. Et ne jamais laisser à la haine le moindre espace d’expression.

    L’actualité nous le rappelle bien tristement. Alors plus que jamais, sans la moindre équivoque, nous rappelons que l’antisémitisme, le racisme, le négationnisme, n’ont pas le droit de cité, ni ici, ni ailleurs.

    Nous devons rester indignés devant chacune de ses expressions et avoir sans cesse le devoir de combattre ce fléau immonde.

    Charlotte Blandiot-Faride
    Maire de Mitry-Mory