Des moyens pour nos enfants et pour nos jeunes

    Des moyens pour nos enfants et pour nos jeunes

    À peine la bataille contre la double sectorisation remportée par la Ville, nombreux sont les combats qui s’annoncent pour défendre l’avenir de la jeunesse mitryenne !

    Fin de l’injustice pour les lycéens Mitryens

    Mercredi 9 mai, le Tribunal administratif de Melun a tranché donnant raison à la ville de Mitry-Mory dans son recours intenté contre la décision du 20 avril 2015 de l’Inspection d’académie instituant la double sectorisation des lycéens mitryens scolarisés au lycée Honoré de Balzac.

    Pour rappel, cette double sectorisation signifiait le risque pour les lycéens mitryens d’être inscrits contre leur gré sur le lycée de Longperrier, à une heure de transport de leur lieu d’habitation. Le Tribunal a jugé qu’il s’agissait bien là d’une discrimination faisant annuler la décision et condamnant l’État, par la même occasion, à 1 000 € de dommages et intérêts.

    Au-delà du recours lui-même, ce cas d’école démontre, s’il en était besoin, que les décisions d’État peuvent être interrogées, voire annulées, et que les batailles menées par les citoyens savent
    porter leurs fruits !

    Télécharger le communiqué de madame le maire du 9 mai 2018

    Télécharger les jugements n°150176 et 1509649 du Tribunal Administratif de Melun

    Garantir la qualité du parcours éducatif

    Si ce jugement représente un véritable soulagement pour la Ville, la communauté éducative, les parents d’élèves et, avant eux, les lycéens, il est également un engagement à poursuivre les batailles engagées.

    Parmi elles, la construction à Villeparisis du nouveau lycée de secteur, inscrit au Plan d’Investissement Pluriannuel de la région Île-de-France du 9 mai 2017, pour remédier en urgence à la situation de sureffectif du lycée Honoré de Balzac.

    Suite à l’interpellation de madame le maire, la Région a d’ailleurs confirmé que le choix du lieu d’implantation était à l’étude. Reste à se battre pour que cette création soit effectivement réalisée à proximité immédiate de notre territoire.

    Bien entendu, aux côtés du collectif Des moyens pour Balzac, des professeurs, parents d’élèves et élèves, la Ville continue de réclamer l’augmentation des dotations d’heures de cours dans l’enseignement secondaire, les créations de postes ou encore le financement d’emplois aidés.

    Ouvertures et fermetures de classes : la Ville sur le qui-vive

    En parallèle, en avril dernier, madame le maire a interpellé la direction des services départementaux de l’Éducation nationale sur les besoins, au regard des effectifs prévisionnels pour la rentrée 2018/2019, concernant les ouvertures de classes nécessaires au maintien de conditions d’enseignements de qualité. Une démarche renouvelée par courrier, en date du 24 mai, signé de madame le maire et de l’ensemble des directeurs d’écoles de Mitry-le-Neuf. Ensemble, ils demandent l’ouverture d’une classe de maternelle à l’école Emile Zola ainsi que d’une classe élémentaire à Henri Barbusse, pour désaturer les établissements du secteur. Avec des classes pouvant atteindre aujourd’hui jusqu’à 32 élèves sur l’établissement, l’accueil de nouveaux
    élèves devient quasiment impossible alors même que des locaux ont été construits par la Ville pour répondre à ce besoin. Une situation tendue qui se retrouve dans quasiment toutes les écoles maternelles de Mitry-le-Neuf.

    Par ailleurs, au regard des travaux en cours sur l’école Anne-Claude Godeau, Charlotte Blandiot-Faride a demandé à ce qu’un travail de rééquilibrage soit lancé afin qu’à la rentrée 2019, les conditions d’accueil soient améliorées sur l’ensemble du quartier.

    Invoquant le projet gouvernemental qui tendrait à rendre obligatoire la scolarité dès l’âge de 3 ans, madame le maire a enfin tenu à souligner que la concrétisation d’une telle orientation ne pourrait s’exonérer de la mise en oeuvre de moyens adéquats pour permettre un accueil de qualité en maternelle.

    Pendant ce temps-là, la Ville anticipe et investit

    Après les travaux d’extension, en 2017, de l’école François Couperin, qui ont vu la création de 4 nouvelles classes et d’un self, et de l’école Emile Zola, qui abrite, entre autres, une nouvelle salle de motricité et 2 salles de classe supplémentaires, la Ville a d’ores et déjà lancé une opération similaire sur l’école Anne-Claude Godeau, au Bourg. Le nouveau bâtiment, actuellement en construction, accueillera, entre autres, 6 classes, soit 3 de plus qu’actuellement, des locaux pour l’accueil de loisirs et de nouveaux espaces pour la restauration.

    En complément des travaux d’entretien et d’amélioration conduits dans nos écoles, ces différents chantiers municipaux viennent en réponse à l’augmentation prévisionnelle des effectifs scolaires.

    La Ville prend le taureau par les cornes en anticipant les besoins pour permettre aux petits mitryens d’être accueillis dans les meilleures conditions possibles au sein de leur établissement scolaires.

    Gageons que le département de Seine-et-Marne, pour les collèges, la région Île-de- France, pour les lycées, et l’Éducation nationale, pour les moyens humains et matériels qui vont avec, suivront le même chemin.

     

    En chiffres

    30,11 À ce jour, le nombre prévisionnel moyen d’enfants par classe de maternelle pour l’année scolaire 2018/2019 à Mitry-le-Neuf

    25,5 La moyenne nationale pour les classes de maternelle

    1 547 Le nombre d’élèves au lycée Honoré de Balzac en 2017 contre 1 194 en 2012

    741 Le nombre prévisionnel d’élèves au collège Erik Satie pour la rentrée 2018 contre 682 actuellement pour un établissement d’une capacité de 600