Des moyens humains pour l’école

    Des moyens humains pour l’école

    Déléguée départementale de l’Éducation nationale à Mitry-Mory, Chantal Demay-Mejias a interpellé l’Éducation nationale pour demander plus de moyens humains pour l’école.

    Alors que la crise sanitaire, et particulièrement le premier confinement, ont aggravé l’écart entre les connaissances qui devraient être acquises par les élèves et la réalité du terrain, tout en creusant un peu plus les inégalités, Chantal Demay-Mejias, déléguée départementale de l’Éducation nationale auprès de la maternelle Anne-Claude Godeau et des élémentaires Vincent Van Gogh, Jean Moulin et François Couperin, a interpellé par courrier l’Inspection d’Académie et le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer.

    Considérant les annonces gouvernementales en faveur de l’éducation insuffisantes au regard de la situation actuelle, elle a fait part de ses inquiétudes, remarques et propositions pour être à la hauteur des enjeux dès la rentrée prochaine.

    Le constat fait, à l’instar des personnels éducatifs et des parents d’élèves, est le besoin criant de moyens humains.

    Aussi, pour Chantal Demay-Mejias, « il est grand temps de recourir efficacement au Rased » en le dotant de personnels supplémentaires : enseignants.es, psychologues et médecins scolaires mais aussi orthophonistes.

    « Indispensables à la réussite scolaire, la maîtrise de la langue française et les compétences mathématiques sont au cœur de tous les apprentissages. Aidons les élèves, dès la maternelle, à obtenir pleinement ses connaissances », plaide-telle également. « Le Rased a largement fait ses preuves et permet aux élèves en difficulté de rattraper les niveaux qui leur font défaut. Un enfant qui suit ne se sent pas abandonné. Il est plus enclin, ensuite, à continuer dans ses efforts, à travailler et à être studieux », rappelle-t-elle.

    Ce courrier a également été l’occasion pour cette déléguée départementale de l’Éducation nationale d’insister sur la nécessité de valoriser tout le travail effectué par les équipes éducatives en
    le valorisant réellement.

    « Les équipes enseignantes ne se sentent pas soutenues et beaucoup s’estiment même méprisées par leur hiérarchie », regrette-t-elle tout en espérant que ce courrier rencontrera l’écho dont il a besoin.

    Mot à mot 

    Rased ? Les Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté sont composés d’enseignants.es et de psychologues qui dispensent leur aide aux élèves des écoles maternelles et élémentaires en grande difficulté. Leur travail spécifique, complémentaire de celui des enseignants.es en classe, permet d’apporter, en équipe, une meilleure réponse aux difficultés d’apprentissage et d’adaptation aux exigences scolaires qu’éprouvent certains élèves.

    DDEN ? Les Délégués.es Départementaux de l’Éducation Nationale sont des bénévoles partenaires de l’école publique. Ils sont nommés par l’Inspection d’Académie qui leur confie une mission d’inspection des écoles. Ils veillent aux bonnes conditions de vie des enfants à l’école et autour de l’école. Ils sont membres de droit des conseils des écoles auxquelles ils sont rattachés.