Pour des conditions de transport plus dignes

    Pour des conditions de transport plus dignes

    Que ce soit par la route ou par le rail, les conditions de transports pour les trajets du quotidien ne cessent de se dégrader. Face à ce constat sans appel, partagé par les collectifs d’usagers, les habitants et les élus, le maire, Charlotte Blandiot-Faride, a décidé d’interpeller par courrier Guillaume Pepy, président de SNCF Mobilités, Patrick Jeantet, président de SNCF Réseau et Jean-Jacques Barbaux, président du conseil départemental de Seine-et-Marne.

    Investir pour les transports du quotidien

    En décembre, la paralysie du trafic sur la ligne B du RER suite à l’enchaînement de problèmes techniques et matériels, a été une illustration supplémentaire, s’il en était besoin, de la vétusté du réseau et des désagréments qu’elle engendre pour près de 900 000 usagers. En effet, « les retards, les suppressions de trains et autres problèmes impactant la circulation sont quasi quotidiens. Il y a donc urgence à agir, en commençant par réorienter les priorités de la SNCF », insiste madame le maire dans son courrier.

    Le manque d’investissement dans ces lignes du quotidien est d’autant plus difficile à accepter que, parallèlement, la SCNF n’hésite pas à envisager une dépense de 250 000 e tout en co-contractant une dette d’un milliard d’e pour le financement du projet aussi inutile que dispendieux qu’est le CDG Express. Force de proposition depuis de nombreuses années pour l’amélioration des transports publics dans notre secteur, la Ville invite la SNCF à « faire des efforts conséquents pour le doublement du tunnel entre Châtelet et Gare du Nord ou encore le réhaussement des ponts sur la partie sud de la ligne afin d’y faire circuler des rames à deux étages ».

    Du mieux sur la ligne K

    Preuve que la mobilisation paie, des améliorations notables ont été apportées sur la ligne K du transilien. Dès le mois de septembre, les usagers ont eu le plaisir de voir disparaître les vieilles rames grises d’un autre âge au profit de nouvelles, plus modernes et confortables. Un investissement qui a permis d’améliorer le taux de ponctualité de la ligne.

    De plus, depuis le 11 décembre, 3 courses ont été ajoutées dans le sens Crépy-en-Valois / Gare du Nord, tandis que l’on compte 5 passages supplémentaires dans le sens Paris-Crépy-en-Valois. La tranche horaire 9h/17h a particulièrement été améliorée.

    Des réformes qui vont dans le bon sens puisqu’elles favorisent le désengorgement du RER B et offre une vraie alternative aux Mitryens. Des améliorations qui risquent d’être gâchées par le projet de CDG Express. Le tracé de ce dernier prévoit d’emprunter les voies de la Ligne K, promettant ainsi de nouvelles perturbations.

    Désencombrement des routes

    Les usagers de la route voient leurs trajets compliqués chaque jour par la saturation de la Francilienne, dont les conséquences débordent sur le territoire communal, notamment sur la RD 84.

    « Les deux kilomètres qui relient Mitry-Bourg à Mitry-le-Neuf sont aujourd’hui couverts en 20 à 30 minutes, tous les soirs entre 17h et 19h, souligne madame le maire dans son courrier au président du conseil départemental. Ces embouteillages s’étendent même régulièrement de la zone industrielle Mitry-Compans à Villeparisis. »

    Pour pallier ce calvaire quotidien, la Ville demande au département de rouvrir le dossier du prolongement de la RD 309, dite « le barreau », en direction de Villeparisis, avec une voie d’accès à la Francilienne mais aussi de réfléchir au contournement du Bourg par la création d’un axe reliant la RD 84 à la RD 9.

    Elle s’engage par ailleurs à s’associer au financement d’études de trafic et de toutes enquêtes et solutions permettant d’améliorer une situation qui ne cesse de s’aggraver.

    Un atelier de maintenance en gare de Mitry-Claye

    Inscrit au shéma directeur de la ligne B, le projet de création d’un atelier de maintenance des trains sur le site ferroviaire de Mitry-Mory permettra d’alléger le site de Massy et ainsi d’équilibrer les capacités de maintenance aux deux extrémités de la ligne. Ce programme initie par ailleurs l’adaptation des infrastructures pour l’arrivée de nouvelles rames. Le projet a été présenté aux usagers et aux habitants du 28 novembre au 16 décembre via un dépliant d’information, une exposition dans la gare et une réunion publique. Un bilan détaillé de la consultation sera bientôt consultable sur ratp.fr.