Communiqué de madame le maire

    Communiqué de madame le maire

    Priorité aux transports du quotidien 

    Chère Mitryenne, Cher Mitryen,

    Le 22 février 2018, le Premier ministre a présenté un nouveau calendrier pour la réalisation du Grand Paris Express.

    Devant à l’origine être construit pour les Jeux Olympiques de 2024, dont il constituait un des éléments du dossier de candidature, ce réseau de trains quotidiens offrant des interconnexions entre l’ensemble des départements d’Île-de-France, était, depuis quelques mois, remis en cause.

    Notamment pour ce qui concerne la ligne 17, reliant, entre autres, l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle et le Mesnil-Amelot au Bourget et Paris, afin d’absorber une partie du trafic du RER B destiné à l’aéroport, et d’offrir de nouvelles solutions de transport aux populations de notre territoire.

    Si nous nous félicitons que la mobilisation des acteurs locaux ait permis d’en confirmer le tracé jusqu’au Mesnil-Amelot, la remise en cause du calendrier, repoussant son achèvement à 2030, est un vrai mauvais coup.

    Un retard scandaleux de pas moins de 6 ans, annoncé au prétexte d’un coût trop important, et au mépris des engagements qui avaient été pris auprès des Franciliens, qui paient pourtant depuis 2011 une taxe spéciale d’équipement pour le financement de ce projet.

    À l’inverse, le gouvernement met beaucoup plus d’empressement à financer, via un prêt de 1,7 milliards d’euros, le CDG Express, autre ligne de train, privée cette fois-ci,
    devant relier l’aéroport à Paris Gare de l’Est, sans aucuns arrêts intermédiaires, au prix de 29 € le trajet, en perturbant le trafic de la ligne K et du RER B, dont il utilisera
    pour partie les rails. Un projet censé se destiner aux clientèles d’affaires qui seront pourtant mieux desservies par la ligne 17.

    La construction du CDG Express est d’ailleurs lancée prématurément à Mitry-Mory, où les procédures d’expulsion des propriétaires des parcelles concernées par ce chantier débutent, alors même qu’un recours en Conseil d’État contre ce projet n’a pas encore été jugé !

    Comment comprendre une telle précipitation, quand, dans le même temps, les transports du quotidien, comme la ligne 17, se voient infliger des retards de construction ?

    C’est là une décision contraire à l’intérêt général, à laquelle je continuerai à m’opposer, en défendant l’abandon du CDG Express et la priorité accordée aux transports du quotidien, qui passe par la réalisation de la ligne 17 dans les meilleurs délais, la rénovation de la ligne B du RER, son bouclage entre Mitry-Claye et l’aéroport, et le meilleur cadencement de la ligne K.

    Charlotte Blandiot-Faride
    Maire de Mitry-Mory