Collège Paul Langevin : plus de moyens humains

    Collège Paul Langevin : plus de moyens humains

    Le maire, Charlotte Blandiot-Faride, les parents d’élèves et notre conseillère départementale, Marianne Margaté, demandent des moyens supplémentaires pour sortir le collège Paul Langevin de la crise qu’il traverse.

    Suite aux incidents à répétition qui ont eu cours au collège Paul Langevin depuis la rentrée de septembre, parents d’élèves et élus.es se sont mobilisés pour que des mesures permettant de rétablir l’ordre et de garantir la sécurité des élèves soient prises.

    Dans un courrier adressé à la direction de l’académie, Charlotte Blandiot-Faride, les parents d’élèves élus au collège Paul Langevin et Marianne Margaté ont demandé des moyens humains supplémentaires.

    « Bien que nous nous satisfassions des rapides décisions des dernières semaines avec l’arrivée d’un nouveau principal, nous restons pour le moins attentifs. Un simple changement de direction ne peut endiguer les problématiques que nous rencontrons depuis des années, notamment sur les questions de discipline », s’inquiètent-ils. « Depuis le début de l’année, nous notons un manque criant d’encadrement dans ce collège. Cet état de fait a probablement participé à la situation de tension qui a perturbé les enseignements ces dernières semaines », poursuivent-ils.

    En effet, le nombre d’assistants d’éducation à temps complet n’est que de 4 pour plus de 600 élèves.

    Or la surface à surveiller va être encore plus importante avec la livraison, en janvier, de l’extension du collège.

    Par ailleurs, les absences non remplacées de plusieurs professeurs inquiètent élèves et parents quant au retard pris dans certaines matières.

    « Nous demandons a minima la création d’un poste supplémentaire d’assistant d’éducation et le remplacement des professeurs dont l’absence est récurrente depuis le début de l’année. Ces mesures seront de nature à sortir durablement de la situation critique que nous venons de traverser et de rétablir un climat serein, propice au travail pour l’ensemble des élèves et de la communauté éducative », espèrent-ils.