Centre municipal de santé : premier anniversaire

    Centre municipal de santé : premier anniversaire

    Le 9 septembre 2019, le Centre municipal de santé ouvrait ses portes, place Nelson Mandela. Zoom, un an plus tard, sur la première année de ce nouveau service public.

    Apporter une réponse à la désertification médicale

    Depuis de nombreuses années, la Ville de Mitry-Mory est engagée dans la lutte contre la désertification médicale constatée sur le territoire communal. Aussi, le risque de pénurie de l’offre de soins à court et moyen termes a conduit la Ville à imaginer des solutions pour réduire les inégalités de santé. Un diagnostic renforcé par le classement de la Ville, par l’Agence régionale de santé,
    en zone d’intervention prioritaire (Zip).

    Mot à mot

    Zip ? Les zones d’intervention prioritaire représentent les territoires les plus durement confrontés au manque de médecins. Le nombre de consultations accessibles par habitant.e y est inférieur à 2,5 par an.

    De surcroît, les médecins déjà présents sur le territoire et à l’approche de la retraite rencontraient de grandes difficultés pour trouver des remplaçants à qui transmettre leur patientèle. Un état de fait augurant l’aggravation d’une situation déjà en tension.

    C’est dans ce contexte qu’une réflexion sur la création d’un centre municipal de santé(CMS) s’est engagée pour répondre aux besoins des habitants.es, mais également des professionnels de santé pour qui la pratique collective de la médecine et l’activité salariée sont de forts atouts leur permettant de mieux concilier vie privée et vie professionnelle qu’en libéral.

    Pour toutes ces raisons, le conseil municipal a approuvé, le 28 mai 2018, la création d’un centre de santé qui a ouvert ses portes le 9 septembre 2019.

    Une activité en progression

    En activité depuis un peu plus d’un an le CMS a connu une montée en charge et un déploiement progressifs de son activité.

    À son ouverture, l’équipement ne comptait qu’un seul médecin généraliste à temps plein.

    Aujourd’hui, ils sont 2 à assurer des consultations du lundi au samedi matin.

    Le CMS propose des créneaux de consultation sur et sans rendez-vous. Une sage-femme, assurant le suivi des femmes et celui des grossesses exerce également à temps plein au sein de la structure.

    À l’heure actuelle, le CMS est en capacité d’assurer environ 120 consultations par semaine, incluant le temps de désinfection des cabinets entre chaque patient.e.

    Depuis son ouverture, 1 891 patients.es différents ont été reçus à l’occasion de 5 132 consultations.

    Enfin, preuve du besoin impérieux d’offre de soins, plus de 900 patients.es ont déclaré le CMS comme médecin traitant.

    S’adapter à la situation sanitaire

    Cette première année d’activité a été marquée par la crise du Covid-19.

    Comme tous les professionnels.les de santé, le CMS s’est retrouvé en première ligne et a dû s’adapter à la situation pour, d’une part, continuer d’assurer les soins courants et, d’autre part, prendre en charge les potentiels cas de Covid-19. Le tout en assurant la sécurité sanitaire de tous les patients.es et personnels.

    Aussi, plusieurs mesures ont été mises en place dans ce sens.

    Les rendez-vous programmés ont été annulés pour permettre une gestion au jour le jour et la durée de consultation a été allongée pour réserver le temps nécessaire à la désinfection des locaux entre chaque patient.e.

    La mise en place de téléconsultations et de consultations dans le sas d’entrée ont également permis de limiter les risques de contamination.

    Enfin, des temps administratifs ont été ajoutés pour pouvoir gérer un maximum de demandes de patients.es à distance.

    Encore aujourd’hui, l’entrée au CMS n’est pas libre. Les patients.es doivent sonner et attendre qu’on vienne les chercher puis qu’on les raccompagne à l’issue de leur rendez-vous. Un circuit de circulation dédié aux femmes enceintes a aussi été mis en place.

    La montée en puissance se poursuit

    Le développement de l’activité et des services proposés au CMS se poursuit. La Ville projette de recruter d’autres praticiens afin d’augmenter sa capacité d’accueil et de réduire l’attente d’obtention d’un rendez-vous.

    Depuis le 21 septembre, des visites à domicile ont été instaurées, deux fois par mois, pour les patients.es dont le CMS est le médecin traitant, souffrant d’une affection de longue durée et ayant des difficultés à se déplacer. Ces visites se font uniquement dans le cadre du suivi régulier de ces patients.es. L’intégration à ce dispositif se fait au CMS après avis du médecin.

    Par ailleurs, la Ville projette de se doter d’un échographe permettant les examens nécessaires dans le cadre des suivis de grossesse et des IVG médicamenteuses afin de pouvoir proposer un suivi global des femmes.

    Enfin, le CMS travaille toujours à mettre en place la télétransmission qui lui permettra de faire bénéficier du tiers payant intégral aux patients.es.

    Une politique globale de santé

    La question de la santé et de la lutte contre la désertification médicale se travaille sur plusieurs fronts.

    Aussi, en marge de l’ouverture du CMS, la Ville poursuit ses démarches visant à faciliter l’installation de professionnels libéraux.

    Après avoir mis à disposition des locaux au profit de deux médecins généralistes aux Acacias et d’un troisième au Bourg, c’est dans un local acquis avenue Franklin Roosevelt, par la Ville, qu’un nouveau médecin s’installera en janvier prochain. La prévention est également au cœur de l’action de la municipalité, qui poursuit les temps forts de dépistage et de vaccination ainsi que les interventions en milieu scolaire.

    En chiffres

    • 1 891 : le nombre de patients.es différents reçus au CMS
    • 5 132 : le nombre de consultations réalisées
    • 905 : le nombre de patients.es ayant déclaré le CMS comme médecin traitant