19 mars 1962 : fin de la guerre d’Algérie

    19 mars 1962 : fin de la guerre d’Algérie

    Communiqué de madame le maire

    Il y a 58 ans, la signature des accords d’Évian mettait officiellement fin à la guerre d’Algérie.

    Malgré les violences qui se poursuivirent, semant la mort parmi les civils et les combattants, ce jour marqua un tournant dans ce conflit meurtrier.

    En réunissant autour de la table les représentants des gouvernements de la France et de l’Algérie, il actait la reconnaissance du droit à l’autodétermination du peuple Algérien.

    En mettant fin au conflit par un accord entre deux parties belligérantes, il exprima implicitement l’existence d’une véritable guerre, encore présentée alors comme une simple opération de pacification menée par la France dans un de ses territoires.

    Longtemps encore, un voile sera cependant posé sur la réalité et les atrocités d’une guerre qui ne sera reconnue comme telle qu’en 1999.

    A l’abri de ce mensonge, des mémoires concurrentes, celles des soldats envoyés au front, des français d’Algérie, des militants indépendantistes de métropole, des algériens partisans de l’indépendance ou de l’Algérie française, se développèrent et empêchèrent une lecture partagée de cette histoire commune.

    Il faut saluer le travail inlassable des associations d’anciens combattants qui ont œuvré depuis pour que nous puissions enfin porter ensemble, quelque soient nos histoires ou les engagements de nos aînés, un même regard sur cette tragédie.

    C’est dans ce même objectif que Mitry-Mory a fait le choix d’inscrire la fin de la guerre d’Algérie à son agenda commémoratif.

    En ce 19 mars 2020, les mesures de confinement empêchent l’organisation du rassemblement qui permet normalement aux Mitryennes et Mitryens de se réunir pour un appel commun à l’unité et à la paix entre les peuples.

    Une gerbe sera néanmoins déposée à la mémoire des victimes de la guerre d’Algérie.

    Nous leurs adressons, en ce 58e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, et où que nous soyons, une pensée commune et respectueuse.

    Charlotte Blandiot-Faride
    Maire de Mitry-Mory