Budget

    Budget 2016 : un budget offensif / Le budget : en savoir plus

    Réinterroger l’ensemble des actions conduites, faire preuve d’innovation, rechercher le plus juste équilibre entre dépenses et recettes pour préserver la qualité du service rendu aux Mitryens… Tels sont les défis auxquels le budget 2016 doit faire face dans un contexte financier toujours plus contraint par les baisses successives des dotations de l’État aux collectivités.

    Budget 2016 : un budget offensif

    Le budget 2016 s’équilibre à 57,5 millions d’€, dont 40,8 millions d’€ consacrés au fonctionnement et 16,7 millions d’€ à l’investissement, avec 9 millions d’€ destinés au programme d’équipements avec notamment :

    • la poursuite des travaux pour la construction du nouvel espace festif et culturel (3 millions d’€) ;
    • les travaux pour l’extension de l’école élémentaire François Couperin et la construction d’un self (585 000 €) ;
    • l’achat d’une parcelle pour l’extension de l’école maternelle Emile Zola (235 000 €) ;
    • les travaux divers dans les écoles (664 000 €) et dans les équipements dédiés à la jeunesse
      (426 000 d’€) ;
    • la mise en œuvre de la première tranche de l’Agenda d’accessibilité programmée (175 000 €) ;
    • la reprise de l’étanchéité des terrains de tennis couverts (150 000 €) ;
    • un budget participatif de 250 000 € pour les conseils de quartier ;
    • la poursuite de la mise aux normes de la protection des bâtiments communaux (80 000 €) ;
    • les opérations de voirie et d’éclairage public (1,35 million d’€), dont la réfection de la rue Pillardeau, la reprise des trottoirs et des stationnements avenue Jean-Baptiste Clément (du rond-point de la Fringale au rond-point du barreau) ou encore la réfection des trottoirs de l’avenue Jean-Jaurès ;
    • la deuxième phase du projet de requalification du parc Corbrion (459 000 €) ;
    • le réaménagement du parc des Douves (100 000 €) ;
    • les travaux d’amélioration des cimetières (70 000 €) ;
    • l’achat de matériel pour l’entretien de la voirie et des espaces verts (140 000 €) ;
    • le déploiement d’un nouveau système informatique de gestion de la médiathèque (62 000 €) ;
    • la poursuite du programme de mise à niveau du parc informatique de la ville (100 000 €) ;
    • les travaux en régie (150 000 €).

    Le budget en chiffres…

    57,5 millions d’€ : c’est le budget primitif, pour 2016, voté par la Ville, toutes sections confondues

    40,8 millions d’€ : c’est la somme consacrée à la section de fonctionnement

    16,7 millions d’€ : c’est la somme consacrée à la section d’investissement

    dont 9 millions d’€ sont destinés au programme d’équipement

    28,6 millions d’€ : c’est l’encours de la dette

    Tous les emprunts contactés par la ville sont classés 1A sur l’échelle de la charte Gissler

    Des ratios performants

    12,4% : c’est le taux d’épargne

    5,8 ans : c’est le ratio de solvabilité

    22% : c’est le taux d’équipement

    Le budget : en savoir plus

    Le budget ? C’est l’acte juridique qui prévoit et autorise toutes les dépenses et les recettes pour une année civile. Il traduit les orientations de la Ville et détermine les moyens à mettre en œuvre. Le budget primitif autorise le maire à engager les dépenses votées par le conseil municipal. Toutes les communes doivent voter leur budget avant le 15 avril. L’année de renouvellement des organes délibérants, cette date limite est reportée au 30 avril. Les décisions modificatives permettent, en cours d’année, de réajuster les prévisions du budget primitif, en autorisant éventuellement de nouvelles dépenses et recettes.

    Comment est-il élaboré ? Le budget est le résultat d’un travail commun entre les élus et l’administration qui s’efforcent de contrôler les dépenses et les recettes pour aboutir à l’équilibre. Le vote du budget est précédé par le Débat d’Orientation Budgétaire (DOB). Il s’agit de la première étape du cycle budgétaire. Le DOB permet d’engager une discussion sur les priorités, stratégies et orientations budgétaires proposées pour l’année à venir. C’est un moment de dialogue qui donne l’occasion aux élus de s’exprimer sur le projet de finance de la collectivité et qui se conçoit comme un outil pédagogique associant la majorité à l’opposition.

    Comment se compose le budget ? Le budget est composé d’une section de fonctionnement, pour la gestion des charges courantes, et d’une section d’investissement. Chaque section doit être présentée à l’équilibre, entre les dépenses et les recettes. L’épargne dégagée en section de fonctionnement permet d’alimenter la section d’investissement et de réduire ainsi le recours à l’emprunt.

    Quelles sont les recettes ? Elles ont quatre origines différentes : les impôts locaux, les dotations de l’État, les emprunts et les revenus divers. Comme vous pourrez le remarquez sur vos feuilles d’impôts locaux, l’ensemble des recettes issus de l’imposition locale n’est pas intégralement versé à la commune. Une part est également redistribuée au département, à la région et à l’intercommunalité dont la Ville est membre. Les dotations de l’État comprennent les dotations et subventions de fonctionnement, récemment amputées par le gouvernement, les dotations et subventions d’investissement, les compensations d’exonérations et de dégrèvements législatifs liées aux réformes fiscales.

    Quelles sont les dépenses ? Elles sont de trois ordres : dépenses de fonctionnement, dépenses d’investissement et remboursement des emprunts. Les dépenses de fonctionnement sont les dépenses de gestion courante. Les dépenses d’investissement accroissent la valeur du patrimoine. Le remboursement de l’emprunt se fait pour le capital dans la section investissement, et pour les intérêts dans la section de fonctionnement.